Divorce : comment peut-on bénéficier d’aide au logement ?

Publié le : 07 avril 20213 mins de lecture

La situation de l’homme est déterminée par plusieurs facteurs. Sa vie d’aujourd’hui est déterminée par le choix qu’il a effectué dans le passé. A chaque instant, il peut vivre aussi bien le meilleur que le pire. Toute relation entreprise par l’être humain peut entrainer ses malheurs et tourments. Le mariage ne fait pas exception à cela. Dans les faits, le meilleur ami du mariage reste le divorce. La séparation fait naitre une douleur émotionnelle, mais parfois, elle devient la source des problèmes financiers.

Avoir la garde de l’enfant

Actuellement, il existe plusieurs sortes d’aide au logement. En principe, chaque personne ayant subi les effets du divorce peut faire une demande auprès de l’administration pour recevoir ces allocations. Toutefois, il faut noter que seules quelques personnes pourront bénéficier des fruits de ces aides. Pour faire partie de ces personnes, il faut remplir un certain critère. Premièrement, il faut être divorcé officiellement. Cela signifie que le jugement de divorce doit être prononcé et exécuté par les parties. En d’autres mots, il faut une cessation de cohabitation. Deuxièmement, il faut avoir la garde des enfants. L’éligibilité pour les aides au logement est tributaire de ces deux critères principaux.

Au cas où l’ex-conjoint ne paye pas son dû

Les obligations résultantes du divorce ne sont pas les mêmes pour les cas des divorces de couple avec et sans enfants. En présence d’un enfant, les charges pour les parties sont alourdies. Dans la mesure où, celui ou celle qui n’a pas la garde de l’enfant à une obligation en plus. Cette obligation est d’ordre pécuniaire, et elle porte le nom de pension alimentaire. Elle s’exécute sous forme de versement mensuel pour compenser l’obligation d’entretien de l’enfant commun. Par conséquent, le parent qui a la garde peut déclencher la demande en utilisant l’argument comme quoi, l’autre partie a failli à son obligation de pension alimentaire.

Si jamais, son revenu est modeste

Souscrire à une aide au logement se fait souvent lorsque l’actif disponible ne peut plus subvenir aux besoins de la famille. Il est vrai que mêmes divorcés, les deux époux doivent contribuer ensemble à l’entretien de leurs progénitures. Mais dans certains cas, la différence entre la rémunération des époux est flagrante. Dans leur vie commune, nourrir et éduquer les enfants ne posaient pas problème parce qu’à deux, le pouvoir d’achat était supérieur à leurs besoins. Une fois séparées, les choses ne sont plus comme avant. Au cas où le revenu du conjoint qui a la garde est modeste, ce dernier peut demander une aide au logement.

Plan du site